Les monades urbaines

Les monades urbaines

Robert Silverberg, Michel Rivelin

Language: French

Pages: 166

ISBN: 2:00122983

Format: PDF / Kindle (mobi) / ePub


Translator : Michel Rivelin
Original title : The World Inside

En l'an 2381, la Terre porte soixante-dix milliards d'êtres humains dont la devise est : Croissez et multipliez. Ils habitent des tours de mille étages, les monades urbaines, et jouissent d'une totale liberté sexuelle. Ils ne quittent jamais leurs villes verticales et explorent rarement un autre étage que le leur. Ils vivent l'utopie, la promiscuité, le bonheur. Qui en doute est malade. Qui est malade est soigné. Qui est incurable est exécuté. Micael, l'électronicien, rêve pourtant de la Terre du passé, de l'océan, de la nature qu'il a découverts à travers un film vieux d'un siècle. Il fuit. Et Jason, l'historien, armé par son savoir contre tous les tabous anciens, redécouvre de son côté un sentiment proscrit, la jalousie. Les Monades urbaines constitue le chef-d'œuvre incontesté de Robert Silverberg, l'un des plus célèbres et des plus féconds des écrivains américains de science-fiction. Il y peint dans le moindre détail un monde de l'avenir, séduisant, terrifiant, vraisemblable.

No Man's Dog (Detective Sergeant Mulheisen, Book 10)

End Game (Tom Clancy's Net Force Explorers, Book 5)

Sandcats of Rhyl

Ack-Ack Macaque (Ack-Ack Macaque, Book 1)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

à se plaindre et protester, alors sa voix se fait glacée, et pointe une note d’irritation amère. Aurea éprouve soudain un sentiment de remords ; elle se sent indigne de l’attention qu’il lui porte. Il lui rappelle ses obligations vis-à-vis de la société. À mots couverts, il insinue que la chute attend ceux qui persistent à vouloir corrompre le bienheureux équilibre de la communauté. Le sourire réapparaît sur ses lèvres, ses yeux bleus glacés plongent en elle et la subjuguent. Il lui répète de se

n’importe quoi si tu nous aidais. N’importe quoi. Les narines palpitantes, le visage passionné semblent promettre d’inconcevables fêtes érotiques. Elle lui offre des plaisirs encore jamais inventés. Elle perçoit le rapide sourire vite réprimé, et elle réalise son échec ; il n’est pas tenté, seulement amusé par son audace. Elle se détourne, le visage ravagé. — Tu ne me désires pas, souffle-t-elle. — Aurea, je t’en prie ! Tu demandes l’impossible. (Il la prend par les épaules et l’attire à lui.

pas vraiment se mettre à sa place. Il s’efforce de considérer son propre monde comme un enfer invivable, mais en vain – il ne le ressent pas véritablement. Logique avant tout, il sait pourquoi la vieille civilisation horizontale a dû évoluer vers la verticale, et pourquoi alors il devint obligatoire d’éliminer – de préférence avant qu’ils ne soient en âge de se reproduire – tous ceux qui refusent ou ne peuvent s’adapter à la nouvelle société. Comment tolérer des fauteurs de troubles à l’intérieur

abstraction imprécise ; à Louisville, l’autorité absolue est entre les mains de tout le monde et de personne. Selon Siegmund, Shawke doit approcher de la soixantaine, mais il a l’air beaucoup plus jeune. C’est un homme mince, athlétique, à la peau olivâtre, le regard froid, dégageant une impression de grande puissance physique. Vif, prudent, avisé, on sent en lui un dynamisme potentiel énorme, et pourtant, d’après ce que Siegmund peut en savoir, il ne fait rien du tout. Il plane dans ses bureaux,

bûcher. Un peu sur la gauche, une douzaine de musiciens sont assis, serrés les uns contre les autres. Leurs instruments sont étonnants, carrément médiévaux : là, on souffle, là on frappe, là il faut gratter, là il faut pincer. Les sons d’ailleurs sont irréguliers et imprécis, vibrant presque à la bonne hauteur, mais à côté d’une bribe de ton. L’à-peu-près humain. Micael, qui pourtant n’a pas une ouïe très subtile, s’agace de ces minimes mais perceptibles variations. Les fermiers eux, ne semblent

Download sample

Download